Loading...
Les arcs 2018-01-17T06:47:46+00:00

LE TIR A L’ARC

Les différents types d’arc

 

Nos archers tirent principalement avec les deux armes les plus utilisées, l’arc Classique et l’arc à Poulies

L’arc Classique

Seule arme autorisée aux Jeux Olympiques, l’arc classique vous est présenté ci-contre avec tous ses accessoires.

Les branches de l’arc. On distingue la branche supérieure de la branche inférieure. Toute la puissance de l’arc réside dans ces deux pièces qui sont insérées dans la poignée d’arc (4) et démontables une fois que l’archer a terminé son entrainement ou sa compétition. La puissance et la taille sont variables, adaptées à la hauteur et à la force de l’archer. Elles sont le plus souvent en carbone ou en carbone/bois.
La corde. La taille de la corde est définie en fonction de la taille de l’arc. Une corde peut casser et elle est sensible à l’humidité et la chaleur. Il est utile d’en avoir plusieurs de rechange.
Le viseur. Il est placé directement sur la poignée d’arc. Il comporte un point de mire qui permet à l’archer de viser au centre de la cible. Un viseur est réglable en hauteur et en latéral pour corriger le tir. L
La poignée d’arc. C’est le « centre névralgique » de l’arc. Les branches sont insérées en haut et en bas, plus le viseur, plus le clicker, plus le stabilisateur. La taille de la poignée d’arc est standard dans toutes les marques. La couleur est choisie par l’archer et n’a pas d’incidence sur son tir. La flèche repose sur la poignée d’arc grâce à un repose-flèche. On distingue un arc droitier (tel que sur la photo) d’un arc gaucher. L’arc gaucher est symétriquement identique. L’archer tient son arc au centre de la poignée, par le grip. Son poids va rarement au-delà de 1.5 kilos.
Le stabilisateur. Il est composé de 3 pièces : un stabilisateur dit « central » et deux stabilisateurs dits « latéraux ». La fonction d’un stabilisateur est double : absorber les vibrations de l’arc lors du départ de la flèche et stabiliser l’arc lors de la visée. Un stabilisateur est fait de tubes en carbone, d’un diamètre n’excédant pas ou rarement 1cm. Le poids d’un stabilisateur est variable d’un archer à un autre : on peut retirer ou ajouter à volonté des masses en aluminium qui se vissent aux extrémités.

L’arc à Poulies

Pour une meilleure lisibilité des composants techniques, l’arc à poulies présenté ci-contre est nu. Il ne comporte ni viseur, ni stabilisateur mais ces deux accessoires ont les mêmes fonctions que celles présentées pour l’arc classique.

Les poulies. A la différence d’un arc classique, la mise en tension d’un arc à poulies n’est pas linéaire. Celle-ci passe par un système de poulies, démultiplicateur de puissance ; environ 75% de la puissance de l’arc en phase d’armement puis 25% restants jusqu’à la fin de la traction. Lorsque l’archer déclenche la phase de libération de corde, l’intégralité de la puissance de l’arc est transmise à la flèche. A noter que le fonctionnement des poulies doit être synchrone.
La corde. Un arc à poulies comporte une corde. Elle s’enroule autour des poulies et sa taille est déterminée par la hauteur de l’arc et la taille des poulies.
Les câbles. Les câbles sont attachés aux poulies. Dans la majeure partie des configurations, les poulies viennent en butée contre le câble, autrement appelé « le mur ».
La poignée d’arc. C’est le « centre névralgique » de l’arc. Les branches sont insérées en haut et en bas, plus le viseur, plus le stabilisateur. La flèche repose sur la poignée d’arc grâce à un repose-flèche. On distingue un arc droitier (tel que sur la photo) d’un arc gaucher. L’arc gaucher est symétriquement identique. L’archer tient son arc au centre de la poignée, par le grip. Son poids va rarement au-delà de 2 kilos.
Les branches de l’arc. On distingue la branche supérieure de la branche inférieure. Toute la puissance de l’arc réside dans ces pièces qui sont insérées dans la poignée d’arc. La puissance et la taille sont variables, adaptées à la hauteur et à la force de l’archer. A noter enfin que les branches de l’arc ne se démontent pas à la fin d’un entraînement ou d’une compétition. Sauf lorsque l’arc est en maintenance ou en réparation.

Source : FFTA

Dernières informations

Infos, avis de concours, résultats…